الاثنين، 7 سبتمبر، 2009




 De derrière les barreaux de sa cellule Nazim Hikmet a envoyé ce poème à sa femme. 

Le plus beau des océans
Est celui que l’on n’a pas encore traversé.
Le plus beau des enfants
N’a pas encore grandi.
Les plus beaux de nos jours
Sont ceux que nous n’avons pas encore vécus.
Et les plus beaux des poèmes que je veux te dire
Sont ceux que je ne t’ai pas encore dits.
   
Que c’est beau de penser à toi :
A travers les rumeurs de mort et de victoire
En prison
Alors que j’ai passé la quarantaine…
   
Que c’est beau de penser à toi :
Ta main oublié sur un tissu bleu
Et dans tes cheveux
La fière douceur de ma terre bien-aimé d’Istanbul…
C’est comme un second être en moi
Que le bonheur de t’aimer…
Le parfum de la feuille de géranium au bout de tes doigts,
Une quiétude ensoleillée
Et l’invite de la chair :
Striée d’écarlate
L’obscurité
Chaude
Dense…
   
  NAZIM HIKMET