الجمعة، 1 يونيو، 2007


Je prends congé, je rentre
chez moi, dans mes rêves,
je retourne en Patagonie
où le vent frappe les étables
où l'océan disperse la glace.
Je ne suis qu'un poète
et je vous aime tous,
je vais errant par le monde que j'aime :


dans ma patrie on emprisonne les mineurs
et le soldat commande au juge.
Mais j'aime, moi, jusqu'aux racines
de mon petit pays si froid.
Si je devais mourir cent fois,
c'est là que je voudrais mourir
et si je devais naître cent fois
c'est là aussi que je veux naître
près de l'araucaria sauvage,
des bourrasques du vent du sud
et des cloches depuis peu acquises.


Qu'aucun de vous ne pense à moi.
Pensons plutôt à toute la terre,
frappons amoureusement sur la table.
Je ne veux pas revoir le sang
imbiber le pain, les haricots noirs,
la musique: je veux que viennent
avec moi le mineur, la fillette,
l'avocat, le marin
et le fabricant de poupées,
Que nous allions au cinéma,
que nous sortions
boire le plus rouge des vins.


Je ne suis rien venu résoudre.
Je suis venu ici chanter
je suis venu afin que tu chantes avec moi.


تعليق azza

super ce poeme
chaque semaine je decouvre un nouveau poeme.je vais finir par aimer la poesie



تعليق alaya

je rapelle aux lecteurs que neruda est mort 10 jours apres le coup d'etat de pinochet!



تعليق غير معرف

quel souffle poetique
neruda le chili incarne