الثلاثاء، 19 فبراير، 2008




La plus étrange des créatures
Comme le scorpion, mon frère,
Tu es comme le scorpion
Dans une nuit d’épouvante.
Comme le moineau, mon frère,
Tu es comme le moineau,
Dans ses menues inquiétudes.
Comme la moule, mon frère,
Tu es comme la moule
Enfermées et tranquille.
Tu es terrifiant, mon frère,
Comme la bouche d’un volcan éteint.
Et tu n’es pas, hélas,
Tu n’es pas cinq,
Tu es des millions.
Tu es comme le mouton, mon frère,
Quand le bourreau habillé de ta peau
Quand l’équarisseur lève son bâton
Tu te hâtes de rentrer dans le troupeau
Et tu vas à l’abattoir en courant, presque fier.
Tu es la plus étrange des créatures, en somme,
Plus drôle que le poisson
Qui vit dans la mer sans savoir la mer.
Et s’il y a tant de misère sur terre
C’est grâce à toi, mon frère,
Si nous sommes affamés, épuisés,
Si nous sommes écorchés jusqu’au sang,
Pressés comme la grappe pour donner notre vin,
Irai-je jusqu’à dire que c’est de ta faute, non,
Mais tu y es pour beaucoup, mon frère.

nazim hikmet


تعليق mariouma

très beau choix de texte slouma.



تعليق ahmed et mouna

tres beau poeme .
hikmet est l'un des plus grands poetes du 20 ieme siecle.



تعليق jaccuze

Salut Kissa!....
J'etais chez Weld el houma..et c'est la-bas que je t'ai decouvert!

permets-moi d'abord de prevenir que je viens de te taguer!(c'est un jeu que certains blogueurs s'amusent a jouer et que tu trouveras les regles affichees si tu passes chez moi)...si ca t'interesse!...

Mais j'aimerais revenir sur le poeme de Hikmet que t'as publie...Juste pour te remercier. Car l'avoir publie est une preuve que 20 ans de laideur n'ont pas reussi a abimer le sens esthetique des tunisiens.
Je t'ai aussi lu "Istidaa"...formidable!
je repasserai tres bientot!
Bravo et continue!