الجمعة، 25 مايو، 2007


Ce n’est pas l’ordure qui diminue en nombre.

Il y a fort à faire,

faudrait avoir le temps.

Il nous faut

d’abord

changer la vie

de fond en comble ;

Cela fait,

on pourra trouver

des chants.

Cette époque pour la plume est difficile.

Mais,

dites-moi,

infirmes et culs-de-jatte :

Si

jamais

quelqu’un de grand

était habile

A chercher

chemins battus

et routes plates ?

O parole,

chef

des forces humaines,

En avant!

que les jours filent

comme des boulets.

Et que

seules en arrière

le vent ramène

Nos crinières échevelées.

En bonheur

notre planète

n’est pas très fertile.

Il faut

arracher

la joie

chaque jour

à la mort.

Déserter

la vie

n’est pas très difficile

Commander

la vie

demande plus d’effort.

1926.

traduction Gabriel Arout



تعليق Tarek Kahlaoui

Et il a fini par deserter la vie...



تعليق mariouma_b

il faut aracher la joie chaque jour à la mort....
magnifique j'aime beaucoup
je le trouve mine de rien optimiste, fort et plein de vie ce vers.
nous discuterons ce soir de ce poème moutawalan. ok?
as tu du pouchkine?